Quarantaine

quarantaine

L’animal est isolé et observé. La manipulation de l’animal sera nécessaire mais il ne faut pas oublier que moins on manipule un reptile, moins il est stressé. Le logement doit permettre l’observation mais la tortue doit toujours pouvoir se mettre à l’abri des regards.

  • Alimentation : Pour une bonne surveillance, la nourriture est déposée. Varier la nourriture, en respectant les règles relatives à l’espèce.

  • Hydratation : Un point d’eau est toujours disponible, et l’animal baigné lors de la pesée

  • Comportement : Bien que craintive au début, la tortue doit peu à peu se promener dans l’enclos.

  • Chaleur : Elle doit être satisfaisante.

  • Prophylaxie : En fonction de la provenance de l’animal et surtout de l’observation ou de l’analyse de ses déjections (on peut faire aisément une coproculture), il est souvent essentiel de vermifuger.

  • La quarantaine chez les reptiles peut être longue en fonction de la pathologie. Si c’est un déparasitage trente jours sont suffisants. Dans les cas les plus graves, une saison serait préférable. Il est conseillé toutefois d’introduire le moins souvent possible de nouveaux individus dans un groupe déjà formé.

Je désinfecte l’abreuvoir et le pas alimentaire à l’eau bouillante. La totalité du parc est désinfectée à l’aide d’un désherber thermique.

Parc extérieur de quarantaine EXTERIEURE : 2 m X 4 m = 8 m2

Quarantaine intérieure : Quand une pathologie nécessite que l’animal soit mis en activité journellement et en intérieure, le terrarium n° 1 est approprié de quarantaine : équipé d’une lampe UVB 10% et d’une ampoule de 40 watt, le sol est couvert d’une alèze médicale. En fonction de l’espèce et de la pathologie, les réglages, températures, hygrométrie sont définies.